Kapwani Kiwanga
05 Dec – 09 Sep. 2018

"Nations " est un projet que Kapwani Kiwanga a imaginé pour la première fois lors d'une résidence en Haïti en 2009. Ayant pu assister à une cérémonie de vodou, elle a été profondément frappée par le syncrétisme de cette religion, et par les divers rituels et objets de dévotion utilisés pour ces cérémonies. Le vodou est né dans ce qui est aujourd'hui la République du Bénin et s'est développé dans l'empire colonial français au XVIIIe siècle parmi les peuples d'Afrique de l'Ouest qui ont été réduits en esclavage, lorsque les pratiques religieuses africaines ont été activement réprimées, et les esclaves africains ont dû se convertir au Christianisme. Les pratiques religieuses du Vodou contemporain descendent du Vodou ouest-africain tel qu'il est pratiqué par les Fon et les Ewe, et y sont étroitement liées. Le vodou incorpore également des éléments et des symboles d'autres peuples africains, y compris les Yorubas et les Kongo, ainsi que des croyances religieuses taíno, le catholicisme romain et la spiritualité européenne, notamment le mysticisme et d'autres influences.

A travers ce nouveau projet, Kapwani Kiwanga prolonge ses recherches antérieures sur la continuité entre la croyance spirituelle et la politique, qu'elle a traitées dans des œuvres antérieures telles que IFA Organ (2013) ou Maji Maji (2014). Dans la série "Nations", Kiwanga développe cette réflexion autour du vodou haïtien, en particulier sa nature syncrétique que l'artiste traduit formellement avec trois œuvres sculpturales composées d'un ensemble de perles et de drapeaux en paillette. Le drapeau a une double signification dans cette série. D'une part, il fait référence aux États nations qui utilisent le drapeau comme emblème. En outre, les drapeaux occupent également une place spécifique dans le système culturel vaudou. La combinaison de ces deux significations permet aux artistes de souligner le rôle crucial du vaudou dans la création de la République d'Haïti. C'est en effet avec les rites vaudou de la cérémonie de Bois-Caïman en août 1791 que la révolution haïtienne a commencé et conduit à l'établissement de la première république noire au monde.

Kiwanga continue d'explorer les relations entre les États et l'émancipation des peuples dominés dans le processus d'indépendance politique. Pour le projet "Nations", Kiwanga a utilisé et transformé des fragments d'images de peintures européennes réalisées entre 1840 et 1976 et illustrant la révolution haïtienne. Elle s'est ensuite adressée à des artisanes haïtiennes pour les réinterpréter en utilisant la technique de couture traditionnelle.

"Nations" a pu être réalisée avec la précieuse collaboration de l'équipe d'artisanes haïtiennes Jean-Basptiste Jean Joseph et Françoise Hazel, qui ont utilisé des techniques ancestrales de perlage pour réaliser certaines parties des tissus brodés.